top of page

Toux de chenil: Devrais-je faire vacciner mon chien?


La toux de chenil, également connue sous le nom de bronchite infectieuse canine, est une maladie respiratoire hautement contagieuse qui affecte principalement les chiens. Cette affection est particulièrement prévalente dans les environnements où les chiens se retrouvent en étroite proximité, tels que les chenils, pensions pour animaux, parcs canins et lors d'événements canins. Elle est caractérisée par une toux rauque et saccadée, qui peut durer de une à deux semaines. Contrairement à certaines maladies respiratoires, elle ne s'accompagne généralement ni de fièvre, ni d'apathie chez le chien infecté.


Agents pathogènes:

La particularité de la toux de chenil réside dans sa cause : elle n'est pas due à un unique pathogène, mais plutôt à un complexe d'agents pathogènes. Parmi eux, on trouve la bactérie Bordetella bronchiseptica, le virus de la parainfluenza canine, l'adénovirus canin de type 2, le virus de la maladie de Carré, le virus de la grippe canine, l'herpèsvirus canin, Mycoplasma canis, le reovirus canin et le coronavirus respiratoire canin. Cette diversité d'agents pathogènes rend la maladie particulièrement complexe à traiter et à prévenir.


Transmission et symptômes:

La transmission de la toux de chenil se fait principalement via des gouttelettes respiratoires, expulsées lors de la toux, des éternuements ou même lors de contacts rapprochés comme les léchages entre chiens. Les endroits surpeuplés, à ventilation insuffisante et à température élevée, comme certaines pensions pour animaux ou cliniques vétérinaires, sont des foyers propices à la propagation de cette affection. La période d'incubation varie de 2 à 14 jours, et les symptômes peuvent persister pendant 1 à 2 semaines. Ces symptômes incluent généralement une toux sèche et persistante, un écoulement nasal et des éternuements. Des examens radiographiques peuvent révéler une bronchite, et des tests PCR sont souvent utilisés pour identifier précisément les agents infectieux impliqués.


Gestion des cas simples et compliqués:

Il est crucial de différencier les cas simples de toux de chenil des cas plus compliqués. Tandis que les cas simples se résolvent généralement sans complication majeure, les cas compliqués peuvent évoluer vers une pneumonie potentiellement mortelle. Les symptômes des cas simples n'incluent généralement ni fièvre, ni perte d'appétit, et le rétablissement se fait habituellement en deux semaines. En revanche, les cas compliqués nécessitent une intervention médicale plus poussée, incluant souvent l'administration d'antibiotiques pour prévenir ou traiter la pneumonie.


Prévention par la vaccination:

La vaccination représente la meilleure stratégie de prévention contre la toux de chenil. Bien que les vaccins ne puissent pas offrir une protection complète à 100% en raison de la diversité des agents pathogènes impliqués, ils contribuent significativement à réduire la gravité des symptômes et, dans certains cas, à prévenir l'apparition de la maladie. Il est recommandé d'éviter d'exposer les chiens à des environnements à haut risque de transmission. Les vaccins, qu'ils soient administrés par voie nasale, orale ou injectable, ciblent certaines des formes les plus courantes de la maladie respiratoire chez les chiens. Cependant, en raison de la multiplicité des agents pathogènes, de l'émergence de nouvelles souches, et des variations d'immunité individuelle, une protection complète n'est jamais garantie.


Chiens à risque:

Les chiens fréquentant des lieux à risque élevé, comme les parcs canins, les chenils ou les compétitions, ainsi que les chiots, les chiens âgés ou immunodéprimés, devraient être vaccinés pour minimiser leur exposition et atténuer la gravité de la maladie en cas d'infection. Les chiens vivant dans des environnements isolés, ceux ayant des problèmes de santé préexistants ou ayant déjà contracté la maladie peuvent ne pas nécessiter de vaccination systématique. La décision de vacciner doit être prise en concertation avec un vétérinaire, en tenant compte des besoins individuels de chaque chien.


Calendrier vaccinal:

Le calendrier de vaccination peut varier en fonction des recommandations du vétérinaire. En général, un chiot de plus de trois mois ou un chien adulte recevant sa première dose développe une immunité qui dure entre six mois et un an. Par la suite, l'immunité diminue progressivement, nécessitant des rappels annuels, ou tous les six mois dans des cas particuliers.


Types de vaccins:

Il existe trois types principaux de vaccins contre la toux de chenil : le vaccin nasal, le vaccin oral, et le vaccin injectable. Chacun possède ses spécificités et indications. Le vaccin nasal stimule une réponse immunitaire locale et offre une protection d'environ 12 mois. Le vaccin oral, principalement contre Bordetella bronchiseptica, nécessite un rappel annuel. Le vaccin injectable est souvent préféré pour les chiens qui ne tolèrent pas bien les autres méthodes de vaccination, nécessitant une dose initiale puis un rappel un mois plus tard, suivi de rappels annuels.


Conclusion:

La toux de chenil est une maladie complexe et hautement contagieuse chez les chiens, avec des symptômes allant d'une toux sèche de courte durée à des cas graves pouvant entraîner une pneumonie. La vaccination joue un rôle crucial dans la prévention de cette maladie, mais il est important de consulter un vétérinaire pour élaborer un plan de vaccination adapté aux besoins individuels de chaque chien. Éviter les environnements à haut risque et suivre un protocole de vaccination approprié peut considérablement aider à protéger les chiens contre la toux de chenil et réduire la gravité des symptômes en cas d'infection.


Charles Vétérinaire

Vétérinaire à Montréal

514-444-5118

𝘤𝘩𝘢𝘳𝘭𝘦𝘴𝘷𝘦𝘵.𝘤𝘰𝘮

Comments


bottom of page